Visite de travail du Premier ministre de la Barbade, Mia Amor Motteley, en Haïti

Plus de dix ans après avoir ratifié le traité de Chaguaramas révisé, Haïti en est encore au stade de la mise en œuvre du Marché économique unique de la Caraïbe (CSME). Dans le but d’encourager le processus de sa mise en œuvre par Haïti, Mia Amor Motteley, Premier ministre de la Barbade, a effectué la semaine écoulée une visite de travail dans le pays. C’était l’occasion pour le BACOZ d’annoncer les progrès accomplis dans la mise en œuvre du CSME, notamment dans le volet de la circulation des personnes.

« Les Haïtiens n’ont pas besoin de visa et même pas du passeport de la communauté caribéenne pour visiter la Barbade. S’il y a des vols et des billets d’avion disponibles, un Haïtien peut se rendre dès cet après-midi du mardi 30 octobre 2018 à la Barbade sans avoir besoin d’un visa », a annoncé Chenet St-Vil, coordonnateur du BACOZ, rapportant que le ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales (MICT) a fait savoir que tout est prêt maintenant pour octroyer le passeport de la communauté.

La décision d’éliminer le visa pour les Haïtiens qui veulent voyager dans les pays de la région caribéenne a été adoptée en juillet dernier lors du dernier sommet des chefs d’État et des chefs du gouvernement de la Caraïbe, la plus haute instance de décision de la CARICOM. « La décision est prise, il reste maintenant à l’appliquer pleinement », a expliqué Chenet St-Vil.

Le Marché économique unique de la Caraïbe (CSME) implique la libre circulation des biens, des services, des capitaux et des personnes. Chenet St-Vil du BACOZ a souligné le rôle des différents ministères sectoriels dans la mise en œuvre du CSME par Haïti. « La mise en œuvre du CSME serait bénéfique pour Haïti, a-t-il affirmé. La région caribéenne qui attire beaucoup de touristes et importe beaucoup également deviendra un marché régional ouvert à Haïti ».

Le coordonnateur du BACOZ a aussi souligné l’importance de ce marché régional. « Sans Haïti, c’est un marché de 8 millions d’habitants. Les importations extrarégionales se chiffrent à 28 milliards de dollars. Haïti doit considérer cette région non seulement comme un marché mais aussi comme un moyen d’attirer des capitaux étrangers », a soutenu M. St-Vil.

Depuis le vendredi 26 octobre, les séances de travail ont débuté avec l’équipe technique du secrétariat de la CARICOM. La visite de Mia Amor Motteley, s’inscrit dans le cadre de ses travaux. « La visite du Premier ministre de la Barbade, Madame Mia Amor Motteley s’est effectuée dans le cadre des discussions autour de l’implémentation d’un plan de mise en œuvre du CSME par Haïti », a indiqué Sam Beausoleil, soulignant que c’est le moment pour Haïti de s’atteler à la mise en œuvre du CSME. Il a souligné que madame Motteley s’est entretenue avec le président de la République, Jovenel Moïse, en présence du Premier ministre Jean-Henry Céant, des représentants des pouvoirs législatif et judiciaire.

Dans la mise en œuvre du CSME, le BACOZ dit avoir constaté une certaine réticence de quelques ministères sectoriels à jouer leur rôle. À rappeler qu’Haïti est membre de la CARICOM depuis 2002 et a ratifié le traité de Chaguaramas révisé en 2007.

source :lenouvelliste.com

Related posts

laissez un commentaire

Résoudre : *
25 × 18 =