Coronavirus : Amazon sous pression du gouvernement et de salariés

Bruno Le Maire reproche au géant du e-commerce d’exercer des pressions « inacceptables » sur ses salariés. Certains employés estiment courir un « danger grave et imminent » sur leur lieu de travail.

Depuis plusieurs jours, des employés des entrepôts d’Amazon se mobilisent contre des conditions de sécurité jugées insuffisantes. Jeudi 19 mars, ils ont trouvé en Bruno Le Maire un soutien. Le leader mondial de la vente en ligne exerce des « pressions inacceptables » en refusant de payer les salariés désireux de faire valoir leur droit de retrait à cause du coronavirus, a estimé le ministre de l’économie et des finances, sur France Inter. « Nous le ferons savoir à Amazon », a-t-il ajouté.

Certains employés du groupe américain estiment que le risque de contagion au Covid-19 leur fait courir un « danger grave et imminent » sur leur lieu de travail. Ils demandent, à ce titre, à exercer leur droit de retrait.

Le groupe reste ferme

Mais Amazon s’y oppose, comme le confirme un e-mail envoyé par les ressources humaines à un salarié de l’entrepôt proche de Lille et consulté par Le Monde :

« Les conditions d’hygiène sur le site [de Lauwin-Planque, dans le Nord] sont conformes aux règlements par rapport au coronavirus. La situation de travail ne présente aucun danger grave et imminent et, conformément à la position du gouvernement, un droit de retrait n’est pas justifié. Et toute absence du poste ne serait pas rémunérée. »

« Amazon qualifie les demandes de droit de retrait comme des absences non autorisées, explique Tatiana Campagne, élue SUD-Solidaires à Lauwin-Planque. Or, dans l’entreprise, au bout de trois absences de ce type, on peut être convoqué pour un entretien préalable de licenciement. » Selon la syndicaliste, 370 employés du site ont demandé à faire valoir leur droit de retrait en début de semaine. Mais l’attitude de la direction en a poussé depuis certains à plutôt poser des congés ou des congés sans solde.

« Amazon outrepasse ses droits, selon Mme Campagne. Si un employeur conteste la légitimité d’un droit de retrait, il doit le faire auprès du tribunal des prud’hommes. » La question fait toutefois débat, juridiquement.

Contacté après les déclarations de Bruno Le Maire, Amazon reste ferme sur ses positions :

« La santé et la sécurité de nos salariés restent nos priorités absolues. Nous respectons tous les droits de nos salaries, dont le droit de retrait. Nous avons pris des mesures fortes pour assurer la sécurité sur nos sites et continuons à ajuster nos processus en appliquant strictement les recommandations du gouvernement et des autorités sanitaires locales, accompagnant l’adoption immédiate de toute nouvelle consigne par nos salariés. »

L’entreprise fait valoir qu’elle a poussé les meubles des salles de repos et de repas pour permettre le respect des distances de sécurité. Les nettoyages ont été renforcés et les employés sont tenus de désinfecter leur poste, assure aussi Amazon. Les pauses auraient aussi été échelonnées pour réduire les points de contact.

Des consignes trop peu respectées

De leur côté, les syndicalistes estiment les consignes trop peu respectées. Le gel hydroalcoolique manque, les distances de sécurité ne sont pas suffisantes, notamment lors des pointages de début et de fin de travail, les contacts sont nombreux sur les rampes de sécurité…

Le ministre de l’économie va-t-il appeler la direction pour la forcer à infléchir ses positions ? Il n’était pas prévu, jeudi, que M. Le Maire contacte le groupe, fait-on savoir au cabinet du ministre. Face à la crise due au coronavirus, ce dernier est à la fois soucieux du respect des conditions sanitaires pour les employés, ainsi que de la continuation d’une certaine activité économique, utile pour la population. De son côté, le secrétaire d’Etat au numérique, Cédric O, a fait éditer des consignes pour la livraison de repas et prépare une mise à jour incluant l’e-commerce et les entrepôts, comme ceux d’Amazon.

Si le gouvernement ne fait pas plier l’entreprise de Jeff Bezos, les employés poursuivent, eux, leur mobilisation. Mardi et mercredi, des actions ont eu lieu sur les sites de Saran (Loiret), à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), à Montélimar (Drôme) et à Lauwin-Planque. Jeudi matin, cet entrepôt était bloqué de fait, raconte Mme Campagne : suite à l’arrêt de travail d’employés du poste d’accueil des camions, une file de poids lourds s’allongeait… Par ailleurs, un syndicaliste local a lancé une pétition en ligne demandant la fermeture des sites d’Amazon. Jeudi soir, il a recueilli 4 800 signatures.

Lire aussi  Coronavirus : des salariés demandent l’arrêt du travail chez Amazon en France

La déclaration de cas de Covid-19 parmi des employés du géant américain pourrait accentuer la tension. Gaël Begot, élu CGT de Lauwin-Planque, raconte être confiné chez lui depuis ce jeudi, jusqu’au 8 avril, pour « suspicion » de coronavirus, suite à une visite chez son médecin traitant. Amazon a annoncé le renforcement de la prise en charge des personnes, avec maintien du salaire, en cas de quarantaine. Mais les six cas de SARS-CoV-2 reconnus dans des entrepôts d’Espagne, d’Italie et des Etats-Unis ont suscité des inquiétudes chez certains salariés, y compris en France.

Une bataille d’image

Sur Twitter, le témoignage d’un « livreur » pour Amazon a, ces derniers jours, suscité une certaine émotion. « Je n’ai pas le droit d’aller voir ma famille, mes amis. Par contre, je dois livrer 87 clients dans la journée, toucher 87 interphones, portes, interrupteurs… », se plaignait cet employé d’un prestataire, dans un message partagé près de 10 000 fois.

Related posts

laissez un commentaire

Résoudre : *
29 − 17 =