Au Venezuela, le soutien fragile de l’armée à Nicolas Maduro

La haute hiérarchie serre les rangs derrière le président et refuse les appels au ralliement de Juan Guaido. Mais les troupes sont divisées et se montrent sensibles à la promesse d’amnistie.

l est apparu devant les caméras de la télévision vénézuélienne dès le lendemain de la proclamation de Juan Guaido, le 23 janvier. Droit dans ses bottes, Vladimir Padrino, ministre de la défense, y affirme qu’une personne qui se lève ainsi pour se déclarer président par intérim menace l’Etat de droit et la paix dans le pays. « J’alerte le peuple du Venezuela qu’un coup d’Etat est perpétré contre la démocratie, contre la Constitution, contre le président Nicolas Maduro, le président légitime de la République bolivarienne du Venezuela », a ajouté le chef des armées.

L’allégeance au pouvoir en place ne souffre aucune contestation. Entouré d’une dizaine d’uniformes étoilés, Vladimir Padrino, lui-même général, nommé chef d’état-major par feu Hugo Chavez, ministre en 2014, renvoie l’image d’une armée serrant les rangs. Non seulement la haute hiérarchie des militaires, enfants chéris du régime chaviste, refuse toute négociation avec l’opposition, mais elle entend aussi jouer à plein son rôle de pilier des institutions et arbitre de la crise en cours.

Ce bel élan d’unité et de rigueur peine toutefois à masquer le mécontentement de la troupe et les divisions révélées ces derniers mois au sein des commandements intermédiaires. Quatre complots ont été démantelés en 2018 et leurs responsables arrêtés. Cent vingt-trois soldats ont été mis derrière les barreaux pour conspiration.

Trois jours encore avant l’apparition télévisée du ministre, le 21 janvier, vingt-sept militaires de la garde nationale bolivarienne s’étaient soulevés dans une caserne du quartier de Cotiza, dans le nord de Caracas. Armés et à visage découvert, plusieurs sergents ont manifesté leur colère, affirmé que leurs familles n’avaient plus rien à manger et appelé à désavouer le président Maduro avant d’être arrêtés.

Related posts

laissez un commentaire

Résoudre : *
30 ⁄ 10 =